dimanche 5 novembre 2017

Le Bois sans dessus dessous et autres histoires conthées, Clémentine Ferry, Sanoe

Le Bois sans dessus dessous et autres histoires conthées
Clémentine Ferry, Sanoe

Genre : Bande dessinée, Album
Edition : Lumignon
Pages : 88
Prix payé : 15€
Lu le 1er Novembre 2017
Ma note : 4,5/5


À travers dix contes, les héros du Bois Sans Dessus Dessous nous emmènent dans des aventures gourmandes. Loirs, hérissons, grenouilles, chauve-souris : tous ont en commun le thé, qui sert de fil rouge à travers leurs différentes histoires. Ces petits contes initiatiques bien ciselés abordent des thèmes aussi variés que le vivre ensemble, la timidité ou encore l’acceptation de soi.


Depuis mes lectures Des Carnets de Cerise, je me suis découvert une véritable passion pour les albums jeunesses. Pas les BD pour apprendre à lire comme j'en offre souvent à mon neveux (en ce moment c'est Titeuf, mais je fais le tris car je trouve qu'il dit quand même beaucoup de bêtises!), mais de beaux albums avec de jolies images sur un thème défini, et qui va plaire aussi bien aux petits qu'aux grands. Personnellement je garde mon âme d'enfant à 23 ans. 

Encore une fois, c'est grâce à Margaud que j'ai entendu parler des éditions du Lumignon, que je découvre avec ce livre. 

Aimant les animaux, appréciant les côtés cocooning de l'automne, et succombant chaque jour au thé, j'étais certaine que ce petit album allait beaucoup me plaire. 

Durant ces 88 pages, nous lisons dix petites histoires conthées, mettant en scène des animaux de la forêt, notamment du Bois Sans Dessus Dessous
Chacune est constituée d'images, d'une morale, et de thé. Car la particularité de ces habitants est qu'ils ont tous en commun cette boisson, qui est leur gagne pain, une tradition ancestrale ou encore une manière de soigner. 
J'ai été amusée de voir comment nos objets de thé pouvaient bien servir à ces petits êtres, et étonnée en découvrant qu'une boule à thé est devenue un sous marin, que des sachets de thé ont pu fabriquer un barrage, ou que des brisures de théières ont servi à construire un atelier de couture





Lorsque je l'ai commencé, je pensais que j'allais lire une histoire de temps en temps durant le mois de Novembre, mais finalement il m'a fait une journée ! 
Le seul petit point négatif qui fait que ce n'est pas un coup de cœur : le prix. Je trouve que 15€ pour un livre broché, de moyenne taille, et en noir et blanc est un peu excessif. Je m'attendais à un album de la taille d'une BD, et avec des dessins de couleur. Mais ces derniers sont tout de même merveilleusement bien fait et adorables. Et il faut savoir encourager les éditions telles que celle-ci !

Il fait désormais parti de ma collection de beaux livres que je garderai toujours, et j'ai hâte de continuer à découvrir cette édition avec "Une saison chez les sorcières". 

"Il était réconfortant de voir que le chagrin de l'un rejoignait celui de l'autre et qu'en parlant, on pouvait en guérir."
P.75



         




Et si vous lisiez : 








mercredi 1 novembre 2017

La nuit du renard, Mary Higgins Clark

La nuit du Renard
Mary Higgins Clark

Genre : Policier
Edition : Le livre de poche
Pages : 285
Prix payé : Gagné lors d'un concours
Lu du 29 au 31 Octobre 2017
Ma note : 4/5

Ronald Thompson doit mourir sur la chaise électrique. Témoin terrorisé, le petit Neil a affirmé, au cours du procès, le reconnaître comme le meurtrier de sa mère. Mais Ronald a toujours clamé son innocence. À quelques heures de la sentence, l'enfant est enlevé avec une jeune journaliste amie de son père, par un déséquilibré qui se fait appeler Renard. Il les séquestre dans la gare centrale de New York. Le kidnappeur menace de faire sauter une bombe au moment précis où le condamné sera exécuté. Existe-t-il un lien entre ces deux terribles faits divers ? Un innocent va-t-il payer pour le crime d'un autre ? Une course contre la montre s'est engagée...



Même si le policier n'est pas mon genre de prédilection, je ne suis pas contre du bon suspens de temps en temps. Pour cela, je me dirige plutôt vers Agatha Christie qui est une valeur sûre pour moi, notamment grâce à son classique Dix petits nègres que j'avais adoré ! 
Mais grâce au concours organisé par Carnet Parisien et les éditions Le livre de poche que je remercie vivement, j'ai eu l'occasion de découvrir Mary Higgins Clark pour la première fois.

Ce roman débute avec le point de vue de Arty, appelé également le Renard, sur le point d'exécuter le plan qu'il a préparé minutieusement : enlever le fils de Steve Peterson dont il a assassiné la femme quelques années auparavant, ainsi que sa nouvelle compagne Sharon, dans le but d'obtenir une rançon et de fuir le pays. 

En parallèle, le livre évoque également le sujet de la peine de mort car le jeune Ronald Thompson est condamné à mort pour le meurtre de Nina Peterson (l'épouse de Steve), alors qu'il clame son innocence. Son exécution est prévue très prochainement, et c'est justement à cette heure précise que Renard va déclencher la bombe qui mettra fin à la vie de Neil et de bien d'autres personnes qui se trouveront sur place, à la gare. 

Ce que j'ai apprécié dans ce livre, c'est que nous entrons dans le vif du sujet de suite. Nous savons à quoi de nous attendre. Il n'y a pas d'interminables présentations des personnages comme a l'habitude de faire Agatha Christie, mais nous suivons alternativement le point de vue de chacun, ce qui nous permet d'apprendre à les connaître. Particulièrement Renard, le tueur en série. Nous analysons petit à petit sa psychologie, et nous nous rendons compte que c'est un véritable psychopathe. Pour lui, le moindre regard qu'une femme peut poser sur lui en le croisant par hasard dans la rue, est synonyme d'attirance. Il pense que toutes les femmes l'aiment et le désirent. C'est justement cela qui l'a conduit à ces meurtres car quand il se rend compte que ce n'est pas le cas, cela le met dans un état de rage incontrôlable

De son côté, Steve est littéralement terrifié depuis le meurtre de sa femme. Il y a de quoi. Elle a été étranglée dans sa propre maison. Il est donc constamment inquiet pour son fils Neil. D'ailleurs, ce dernier ne se remet pas non plus de la mort de sa maman. Il en fait des cauchemars, et inconsciemment, il sait qui est le véritable meurtrier. 

De plus, le récit se passe durant deux jours. De l'enlèvement au dénouement. Et durant tout ce temps, nous changeons régulièrement de point de vue, mais surtout de cadre spatio-temporel. Par exemple, nous vivons un événement avec Renard, et le paragraphe d'après nous ramène à ce moment précis mais avec un autre personnage. Et c'est cela qui a contribué à cette frustration que j'ai ressentie tout le long, car je me suis souvent dit "et si seulement il avait ça au lieu de ça" !

Le livre est très court, moins de 300 pages. Arty est tellement précis dans tout ce qu'il fait que je me demandais vraiment comment il allait pouvoir se faire prendre. Et si ça allait arriver. J'attendais le dénouement avec impatience, et celui-ci arrive à la dernière page seulement. Le suspens est à son comble. Une véritable course contre la montre. 
L'autrice en fait ni trop, ni pas assez. L'écriture est simple et efficace, avec des tournures de phrases qui participent au stress permanent que l'on ressent durant cette lecture. 

Si comme moi vous n'êtes pas adepte du genre policier, mais que vous voulez ressentir du frisson de temps en temps, laissez-vous tenter par ce roman. Et j'espère qu'il vous fera le même effet qu'à moi.

"Steve composa le numéro des Perry, puis changea d'idée. Il raccrocha, traversa la gare au pas de course. Dévalant quatre à quatre les escaliers qui menaient au quai, il monta dans le train au moment où les portes se refermaient. 
Au même instant, un homme et une femme passaient devant la cabine téléphonique qu'il venait de quitter. La femme portait un long manteau gris déformé. Un foulard d'un bleu crasseux lui couvrait la tête. L'homme avait un bras passé autour d'elle. De l'autre main, il agrippait un gros sac de toile kaki."
P. "50


Et si vous lisiez : 





samedi 28 octobre 2017

Les étoiles de Noss Head, Tome 4 : "Origines", Partie 1, Sophie Jomain

Les étoiles de Noss Head
Tome 4 : "Origines", Partie 1
Sophie Jomain

Genre : Fantastique, Jeunesse
Edition : J'ai Lu
Pages : 382
Prix payé : 7€20
Lu du 17 au 28 Octobre 2017
Ma note : 4/5

Chaque fois que je croyais que notre vie était cousue de fil blanc, Leith et moi devions faire face à une nouvelle adversité, une nouvelle attaque. J’en venais à me demander si, un jour, nous goûterions à la paix à laquelle nous aspirions. Personne ne mesure l’immensité de sa chance quand il affirme que son existence est monotone. Personne. Aux innocents les mains pleines… C’est ce qu’on dit. Mais moi, je n’étais plus innocente du tout. Alors, que me réserverait le destin, cette fois-ci ? Que me volerait-il ? J’en avais une vague idée. J’allais devoir me préparer au pire.


Ma copine Sue-Ricette, si tu passes par ici, sache que j'ai beaucoup pensé à toi durant ma lecture ! Vue ta réaction pour le deuxième tome, j'ai tellement hâte de voir celle que tu auras pour celui-ci. Je pense que maintenant c'est trop tard pour notre lecture commune de cette saga car je ne tarderai pas à lire le dernier tome, mais j'espère que nous trouverons un autre titre à partager. 

Ça n'a pas loupé, trois mois après  ma lecture du troisième tome, me voilà de retour dans les aventures de Hannah. 

Nous avons connu Hannah humaine, Hannah ange noir, et maintenant une Hannah encore différente.
La quatrième de couverture ne pouvait pas aussi bien décrire ce tome. La vie de Hannah est loin d'être simple et calme. Alors que nous pensions qu'elle avait retrouvé Leith, qu'elle ne pouvait pas vivre pire que tout ce qu'elle avait déjà vécu, le destin va bien se jouer d'elle et lui voler une part d'elle-même, voire plus.

C'est sous une véritable enquête judiciaire qu'est mené ce tome. Des corps d'anges noir, et de garous, ont été retrouvés décapités. La sécurité de St Andrews est compromise tant que ce tueur en série n'est pas retrouvé. Evidemment, les clans des créatures que nous connaissons bien continuent de s'accuser, et Hannah se retrouve au milieu de cela car elle fait partie du clan lupus, mais se sent toujours impliquée du côté des anges noir.
De plus, il se trouve que Darius, le frère de cœur, et Leith l'âme soeur de Hannah sont injoignables

C'est en traversant l'Ecosse et en allant jusqu'en Roumanie qu'Hannah tentera de résoudre cette énigme de meurtres et de retrouver ces deux hommes si importants à sa vie

Vous l'aurez compris, deux personnages clés sont absents ici, nous ne savons pas du tout comment les choses vont évoluer, et lorsque des déplacements seront effectués pour les retrouver, Hannah elle-même ne sait pas si ce sont les bonnes directions.
Ce sont donc énormément d'interrogations qui sont posées tout le long du roman
Cet éloignement de ces deux mâles dominants permettra à Grigore d'être dans la lumière. De personnage secondaire il deviendra quelqu'un de très important de par sa fidélité à Darius et de son amitié avec Hannah, qui deviendra bien plus que ça. C'est ce petit plus dans leur relation que j'ai énormément apprécié et qui m'a rassuré alors que Darius et Leith sont loin. J'ai tellement hâte de voir cette évolution dans le prochain tome, comment cela sera traité, j'espère ne pas être déçue. 

Quelques petits points m'ont cependant chagrinés. Dans le tome précédent, l'autrice a énormément travaillé sur l'aspect ange noir de Hannah. Nous découvrons tout de son nouveau corps et de ses nouvelles capacités. Ici ce ne fut pas vraiment le cas. Nous assistons très brièvement à son nouvel aspect, mais j'aurai voulu en savoir plus sur ses sentiments, ses émotions. 
Aussi, je trouve qu'elle ne fait pas assez confiance à son entourage. Elle veut souvent assumer seule des décisions importantes, comme le fait de ne pas vouloir avertir la famille de Leith qu'il a disparu. Qui de mieux que Jérémiah, Al et Bonnie, qui ont toute une vie d'expérience dans ce monde, serait le mieux placé pour retrouver Leith ? 

Pour le troisième tome j'avais parlé du méchant qui était "horriblement bien imaginé", pour reprendre mes propos. Mais je me rend compte que depuis le tout premier, l'autrice se surpasse à chaque fois. Car ici, lorsque j'ai vue qui est l'auteur de ces meurtres, mes attentes étaient totalement dépassées. Je m'était tout imaginé, sauf ça

Encore une fois, cette fin était vraiment... indescriptible. Elle m'a laissée bouche bée. Je ne pensais vraiment pas refermer ce livre sur cet événement. Et du coup, je n'ai aucune idée concernant le dénouement de cette histoire. 



"J'eus l'impression qu'il venait d'ouvrir les vannes secrètes de mon cœur, et le barrage que j'avais soigneusement construit pour ne pas craquer céda. Je me retrouvai engloutie par la violence de mes émotions. La poitrine déchirée par la douleur, je m'accrochai avec brutalité à ses épaules nues et, la bouche contre sa clavicule, je laissai sortir de ma gorge un cri de détresse trop longtemps retenu. Puis je fondis en larmes. Je pleurais ma colère, ma rage, ma haine, ma rancœur contre cette vie qui ne nous épargnait pas. Je pleurais aussi l'amour, l'amitié, la joie et la quiétude auxquels j'avais goûté et que je refusais de perdre."
P.207


Et si vous lisiez : 

 




dimanche 8 octobre 2017

Le cycle d'Avalon, tome 6 : "Les Dames du lac", Marion Zimmer Bradley

Le cycle d'Avalon
Tome 6 : "Les dames du lac"
Marion Zimmer Bradley

Genre : Fantasy
Edition : Le livre de poche
Pages : 443
Prix payé : 2€ d'occasion
Lu du 30 Septembre au 8 Octobre 2017
Ma note : 4/5

La légende du Roi Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde n'avait, depuis longtemps, inspiré un roman d'une telle envergure, d'un pareil souffle. Et, pour la première fois, ce draine épique nous est conté par une femme à travers le destin de ses principales héroïnes. Bien sûr, Merlin l'Enchanteur, Arthur et son invincible épée Excalibur, Lancelot du Lac et ses vaillants compagnons, tous sont présents mais ce sont ici les femmes, exceptionnellement attachantes, qui tiennent les premiers rôles : Viviane, la Dame du Lac, grande prêtresse d'Avalon, Ygerne, duchesse de Cornouailles et mère d'Arthur, son épouse Guenièvre, Morgane la Fée, soeur et amante du grand roi... S'appuyant sur plusieurs années de recherches, cette épopée envoûtante est bien autre chose qu'un roman historique de plus. Elle relate la lutte sans merci de deux mondes inconciliables, celui des Druides et des anciennes croyances défendant désespérément un paradis perdu et celui de la nouvelle religion chrétienne supplantant peu à peu rites et mystères enracinés au coeur de la Grande Bretagne avant qu'elle ne devienne l'Angleterre.

Dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge, le menu "Automne Enchanteur" me tentait vraiment beaucoup. De plus, grâce à ma lecture de la saga La tapisserie de Fionavar, de Guy Gavriel Kay, je ressentais l'envie d'en apprendre plus sur les légendes arthuriennes
Effectivement, la seule référence que j'avais était le film Disney "Merlin L'enchanteur". 
J'hésitais donc entre L'enchanteur, de Barjavel, ou bien "Les dames du lac". Margaud ayant tellement fait l'éloge de ce dernier, je me suis tournée vers Marion Zimmer Bradley. 

Je sors plutôt conquise de cette lecture. Je pense que ce roman fait parti de ces livres qu'on peut lire plusieurs fois dans sa vie, et à chaque fois comprendre plus de choses, ou de manière différente.

Nous commençons ce roman fantasy lorsque Morgane est une toute petite fille. Elle vie avec son père et sa mère Ygerne, ainsi que la sœur de cette dernière Morgause. Lorsque Ygerne va se remarier, elle donnera naissance à Arthur. Après quelques années tous ensemble, Ygerne va confier Arthur à une famille, et Morgane va aller avec sa tante Vivane. Elle rejoint donc druides et prêtresses à Avalon, afin d'effectuer son éducation dans le but de succéder à sa tante et devenir un jour la Dame du lac

Ce roman se déroule pendant plusieurs années. Nous découvrirons également Guenièvre, épouse de Arthur et éperdument amoureuse de Lancelot.

Outre la vie personnelle de tous ces personnages, à partir du couronnement d'Arthur, nous assistons à la guerre contre les Saxons. Le côté religieux est donc très présent. 

J'ai oublié de préciser que Merlin est également présent du début à la fin. C'est un personnage doux et gentil, tout comme je me l'imaginais. J'ai également beaucoup apprécié Lancelot pour sa force et sa loyauté. Morgane est le personnage féminin qui m'a le plus touchée. D'une part nous avançons dans l'histoire avec son point de vue très souvent, mais surtout car c'est elle que nous voyons le plus évoluer. Nous l'avons connue petite fille, puis prêtresse, elle nous a fait découvrir ce lieu mystérieux qu'est Avalon avec sa brume inquiétante, son lac et sa nature. Elle vivra des moments assez difficiles, puis passera par l'étape de la recherche d'elle-même. Très forte et admirable.
Tout le contraire de Guenièvre. Je m'attendais à une reine forte et bienveillante, mais nous avons ici une jeune femme peureuse, frêle et qui mène sa vie selon sa religion. Elle arrivera même a faire changer les convictions d'Arthur, "pantin" comme il est, pour les siennes. Elle m'a vraiment beaucoup énervée, et j'ai l'impression qu'elle n'apportera rien de bien dans cette histoire. 

J'attends du second tome que Morgane se révèle encore plus. Qu'elle arrive à faire entendre raison à son frère Arthur et qu'elle remette à sa place cette insupportable Guenièvre.  





Et si vous lisiez : 



samedi 7 octobre 2017

Books Title Tag


Pour les personnes fidèles au poste, vous avez pu remarquer qu'il est rare de voir des tags sur L'étagère biscornue. 
En revanche, j'ai été tagué par ma copinaute Sue-Ricette pour faire le Books Title Tag. Je dois bien l'avouer, je me suis amusée à répondre aux questions debout devant ma bibliothèque ! J'espère que apprécierez lire mes réponses et en apprendre un peu plus sur moi, et bien sur, d'y répondre à votre tour. (Vous trouverez les chroniques des livres suivants en cliquant sur leur couverture).


1 - Un titre pour l'histoire de votre vie : 
 Du haut de mes 23 ans, j'espère avoir une longue vie à vivre pleine d'aventures. Mais pour le moment l'histoire de ma vie, ou plutôt le drame de ma vie, je l'ai vécu il y a un an en perdant mon Papa. Pas très réjouissant pour débuter ce tag, mais si je retrace le fil de ma vie jusqu'à aujourd'hui, c'est l’événement le plus marquant.  

2 - Un titre pour décrire votre weekend parfait : 
 Manhattan, New-York, shopping, découvertes, j'espère tout de même que lorsque j'irai, ça sera pour plus d'un weekend ! 

3 - Un titre pour une aventure dans laquelle vous souhaiteriez vous lancer : 
 Combien de fois j'en ai rêvé ? Partir à l'aventure au volant d'une voiture, sans aucunes contraintes, juste profiter de l'instant présent ! 

4 - Un titre pour donner un nom à votre enfant : JOKER
Il me semble que le seul livre de ma bibliothèque ayant pour titre un prénom est Jessie de Stephen King. Et si j'ai un jour une fille, c'est pas le prénom que je souhaiterai lui donner...

5 - Un titre pour votre boulot idéal : 
 Pas du tout original, mais oui, bibliothécaire ou libraire est le boulot idéal pour moi ! 

6 - Un titre pour un endroit que vous aimeriez visiter : 
  L'Ecosse et l'Australie sont les deux pays que j'aimerai visiter en ce moment.

7 - Un titre pour décrire votre vis amoureuse : 
 On va se fier au titre seulement et non au résumé. Car oui, je suis en couple depuis huit ans et demi avec mon first love, et j'en suis tellement heureuse ! 

8 - Un titre pour une question que vous vous posez : 
 J'ai très peu confiance en moi, et au moindre changement je me pose mille et une questions. 

9 - Un titre pour un royaume sur lequel vous régneriez : 
 Régner sur le pays des contes, avec tous ces personnages qu'on aime tant, le rêve de ma vie ! 


10 - Un titre pour nommer votre groupe de musique : JOKER
Je n'ai pas de groupe de musique préféré et encore moins de livre ayant pour titre leur nom.

11 - Un titre pour votre état d'esprit actuel : 
 Tellement de beaux projets en ce moment dans ma vie, je veux qu'aucun d'eux ne m'échappe ! 

12 - Un titre pour votre couleur préférée : 
 

13 - Un titre pour décrire vos copinautes préféré(e)s : 
 La passion du livre et de la lecture, c'est bien ce qui nous lie non ? 

14 - Un titre pour exprimer votre ressenti sur 2017 jusqu'à présent : 
 Ma vie n'est pas parfaite, avec un travail que je déteste, des voisins insupportables, des soucis de santé minimes mais qui gâche facilement la vie. Mais de beaux projets ont débutés cette année qui, je l'espère, rendront mon proche avenir meilleur ! 

15 - Un titre pour vos objectifs de cette fin d'année : 
 Tout est dit :) 


Encore merci à toi Sue-Ricette de m'avoir fait participer à ce joli tag !